AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Roxelane Sarr...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rox
Admin
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 07/04/2013

MessageSujet: Roxelane Sarr...   Sam 20 Avr - 21:07




Roxelane Sarr
« La douleur distille des vers envoûtants et des sentences d'outre-tombe. »



Fiche d'identité

NOM & Prénom(s) • SARR, Roxelane.
Sexe • ♀
Âge • 14 ans.
Classe • /
Groupe • Revenants A.D.
Race • Fantôme.
Pouvoirs • Cryrurgie ; thérianthropie ; pouvoirs fantomatiques.
Orientation S. • Allosexuelle.


A l'intérieur
« La connerie, c'est sûrement la décontraction de l'intelligence »

Roxelane est gentille. En effet, il sera extrêmement rare de la voir se comporter méchamment : Serviable et attentive elle fera vraiment tout pour rendre les gens souriant, car comme elle le dit si bien, un sourire vaut peut-être tout l'or du monde. C'est ce qui la motive à aider les gens, même ceux qu'elle n'apprécie pas forcément, c'est dire.

Roxelane est protectrice. N'ayant pas beaucoup d'amis 'vivants', la jeune décédée – Enfin, en apparence – reste sur ses gardes pour ne pas qu'il leur arrive quelque chose, car elle déteste voir souffrir les gens, et en particulier les gens qu'elle aime. C'est peut-être un défaut, du moins selon quelques personnes, mais personne ne l'a jamais empêché de défendre quiconque – De toute façon vaudrait mieux pas...

Roxelane aime le rose. Le rose, une couleur significative, douceur, sucré...En effet, humaine, elle adorait s'empiffrer de sucreries en tout genre sans pourtant prendre un gramme. Aussi, on pourrait associer cette adoration par le fait qu'elle est incessamment joyeuse et que peu importe la situation elle tentera de garder sourire.

Roxelane est sensible. Oui, cette jeune demoiselle possède une hypersensibilité handicapante. Il sera très facile de la vexer ou de la faire pleurer même si elle essaie de conserver ses sentiments sans protester. Elle est plutôt du genre à cacher les sentiments tristes pour ne laisser paraître qu'une façade forte et amusée.

Roxelane est joueuse Pour faire peur aux gens surtout. Combien de fois s'est-elle glissée dans le dos des gens pour venir refroidir leur corps puis apparaître d'un coup en hurlant telle une dingue pour entendre un cri de sursaut effrayé semblable à celui d'une gamine de huit ans apeurée par les monstres cachés sous son lit.

Roxelane est froide. Au sens propre, cette demoiselle possède le don de cryrurgie – Création et manipulation de glace – ce qui peut devenir vite amusant ou détestable selon ses humeurs, car en cas de coups de stress, elle n'hésitera jamais à replonger la salle dans laquelle elle se trouve à l'air glacière.

Roxelane est extravertie. Parler, parler, parler, parler...Non seulement elle est bavarde, mais dès qu'elle rencontre quelqu'un, peu importe qui cela peut-être elle commence à discuter avec sans même prendre le temps de lui demander son nom, ce qui peut être amusant pour certains, agaçant pour d'autres.

Roxelane est voyeuse. Vous voulez un conseil d'ami ? Prenez votre douche en maillot de bain, cet éternel défaut la poussera à venir vous regarder pendant votre toilettage habituel, ce qui peut être relativement gênant. C'est sûrement pour ça qu'elle répète à longueur de temps qu'elle vous regardera toujours.

Roxelane aime écouter. C'est peut-être la personne à qui il faut parler quand on est triste. A l'écoute, elle aime bien prendre des airs de consolatrices pour vous rassurer et vous aider dans vos jours de tristesse, parce que par dessus tout elle aime voir les gens contents.

Roxelane est une gamine. Parfaitement, la demoiselle à beau avoir quarante-trois ans – Et encore, cela ne se voit pas du tout – sa maturité est resté à l'âge de quatorze printemps, voir moins. Jamais elle ne s'est considérée comme une adulte. C'est vrai, elle ne vieilli pas, elle ne prends aucune ride, ses amis sont tout pareil. Ce sont un peu comme les enfants perdus du pays imaginaire, des enfants éternels.

Roxelane est difficile à comprendre. Effectivement, des fois la demoiselle parle très vite, trop vite. Si vite qu'il ne lui viendrait pas à l'esprit de répéter ce qu'elle vient de dire, l'aeschne est comme constamment stressée, même si des fois elle ralentit en cas de lassitude, la plupart du temps elle parle vite quand elle est en forme.

Roxelane est une rebelle. A aucune personne il ne viendrait l'idée d'essayer de lui donner des ordres, elle refusera automatiquement, elle sait ce qu'elle a à faire et le fera toute seule. C'est l'une des choses qu'elle déteste le plus, souvent c'est plutôt elle qui dicte ses lois.

Roxelane est de bonne compagnie. Aucun problème, elle vous acceptera qui que vous soyez, adorant se promener avec les gens, elle proposera souvent de se promener ou d'aller flemmarder quelque part pour la tranquillité et le calme, lui permettant de réfléchir et de taper un peu la discut' !

Roxelane est une flemmarde. Et oui, si on ne lui demande rien, ce n'est pas comme si elle allait bouger ses fesses pour s'embêter, elle préfère largement patienter en somnolant dans un coin, attendant la venue de quelqu'un qui viendra lui proposer une promenade.

Pour finir, Roxelane est colérique. Simplement, il est très facile de l'énerver, sacrément lunatique, on pourra la voir partir au quart de tour sans qu'on lui ai rien demandé, c'est l'un de ses principaux défauts, quand bien même elle est gentille, il ne faut pas trop la chercher.


A l'extérieur....
« La beauté est une éloquence muette »

Roxelane possède un physique assez atypique. On s'arrêtera d'abord sur ses yeux, grand, curieux...D'une couleur jade profonde, comme électrisante, légèrement plus foncée par endroits, ses pupilles fines et semblables à celle d'un chats rendant son regard on ne peut plus unique. Ses doux yeux purs entourés par de longs cils féminisant le tout, pour remonter jusqu'à une ligne de sourcil régulière, donnant un visage incessamment mielleux, sauf lors de crises de colère. On verra son front, peu large et recouverts par une frange retombant légèrement sur ses yeux. Sa chevelure d'une couleur rouge étincelante, atteignant le bas de son dos reste souvent lâches, quelques fois noués d'un ruban. Redescendant, on pourra voir un nez fin et accordé à ses traits, recouvert de petites tâches de rousseur, parcourant également le haut de ses joues. Ses joues peu creusées reste dans l'accord de ses traits, toujours, finissant par un menton conservant cette habituelle finesse.

Ce visage angélique est maintenu par un cou gracile, continuant par des épaules féminines, courbées, poursuivant par une paire de bras tenus et marqués par quelques marques de scarification. On remarquera sur son poignet droit une gravure sur sa peau, restant comme une cicatrice indélébile « I'm always watching you », trace d'un passé morbide et triste dont elle se souviendra toujours. Continuant, on peut voir ses mains, fines au même titre que ses longs doigts dits de pianiste, auxquels de longs ongles toujours bien taillés les recouvre au bout. Pour remonter vers le reste, on verra sa poitrine, vaguement fournie, conservant un air féminin qu'on remarquera ses hanches quelque peu larges et son ventre plat, ensuite on descendra sur ce dont on ne parlera pas, pour continuer notre chemin et apercevoir ses jambes, toujours en harmonie avec son anatomie. Ces longues et belles jambes maintenus par des pieds – Logique – plus ou moins grands, la demoiselle chaussant en tout et pour tout un petit trente-neuf.

Pour sa tenue vestimentaire, on verra que cet être fantomatique se promène presque toujours d'une même tenue, elle-même 'inexistante', donc ne se salissant jamais. – Pratique pour éviter les machines à laver ! – On verra donc cette tenue composée d'un long pull bordeaux aux manches recouvrant jusqu'à ses mains, dont le col est retourné, formant donc une large épaisseur de tissu. Celui-ci lui arrivant au milieu des cuisses, on verra un collant noir recouvrant incessamment ses jambes, lui-même recouvert de moitié aux mollets par des bottes de cuir brunes, aux talons la grandissant de quelques centimètres et aux lacets débutant du haut de la chaussure pour venir mourir au niveau de la cheville. On remarquera aussi sur le sommet de sa tête un chapeau blanc, aux motifs entrecroisés et venant tous finir au sommet, recouvert par un pompon de même couleur que le bonnet en lui même. La demoiselle pourrait en changer quand elle le veut mais ne le fait pas, personne ne sait vraiment pourquoi.

Pour les gros détails, on pourrait mentionner sa taille, atteignant le mètre soixante-six et n'ayant pas terminé sa croissance, elle pèse un poids inexistant en tant normal mais peut choisir de se rendre matérielle, ou pas. Et oui, c'est bien pratique d'être un fantôme et de passer à travers les murs, mais quand on choisi de pouvoir toucher les gens, on a forcément une masse. Et cette masse est équivaut à une cinquantaine de kilos, pas plus. Pour un énième détail, on pourra mentionner la présence d'un hélix à son oreille droite, fait douloureusement par le passé. Et pour le dernier, on observera une cicatrice le long de son avant-bras gauche, dû à des expérimentations scientifiques poussées, ayant été un cobaye plus ou moins docile et sage, étrangement.

Pour continuer...

Et oui, le spectre n'est en réalité plus vraiment humain. Etant donné sa mort prématuré par pendaison à cause de ses 'pouvoirs' qu'elle jugeait honteux elle se promène à présent transformée éternellement en un petit animal. Petit animal roux, au pelage fourni et soyeux, au corps ténu et mignon. De grands yeux verts clairs divulguant cette intensité qu'on retrouvait dans sa forme humaine, et comme une petite houppette plus foncée et plus rouge sur le haut du crâne, faisant penser à sa chevelure rousse, de grandes oreilles donnant un air charmant et adorable, pour continuer avec six queues un peu plus sombres que le reste du corps. Quand elle se met sur le dos, on pourra apercevoir une longue traînée blanche débutant de son poitrail et continuant le long de son ventre. On verra également ses petites pattes virant à une couleur brune, formant comme de petites chaussettes à notre petit canidé. Ensuite, quand elle ouvrira la gueule, on apercevra des dents acérés et paraissant assez dangereuses, mais si ont ne la provoque pas, elle ne s'en servira pas. Pour sa seconde forme, un peu moins mignonne, elle apparaît cette fois comme un gigantesque renard, possédant les mêmes attributs, seulement ayant gagné de taille et de poids.



Au passé...
« Qui sème le vent récolte la tempète »

Naissance : 22/02/70, Shiroishi.

Des cris, des cris de vie. Après quatre ans que cela se soit déjà produit, on entendit une nouvelle fois les cris d'une naissance nouvelle chez la famille égyptienne Sarr. 'C'est une fille' annonçait le médecin. Une belle jeune fille de trois kilos à peu près et atteignant la cinquantaine de centimètres. Une enfant tout ce qu'il y avait de plus normale, se calmant peu après dans les bras de sa génitrice, heureuse de son exploit, la tenant dans ses bras d'un geste maternel protecteur. A l'entrée de la pièce se tenait le grand frère, seul, celui-ci la fixant d'un air presque jaloux, il se sentait sûrement abandonné ? Et pourtant la demoiselle s'endormait, sans y prêter grande attention, de toute façon, ce n'est pas ça qui importait, si ?

Six ans.

Encore une gifle, encore une menace...Le jeune homme de dix ans n'hésitait jamais à frapper sa sœur, la menaçant de pire si elle disait quoique ce soit à ses parents. Le regard grave, de toute façon elle ne méritait pas l'attention de tout le monde. Alors devant elle, il prit une paire de ciseaux, et d'un air presque vainqueur, le frérot s'entailla lui même les joues, se marquant le front et venant se griffer à quelques endroits, se mordre à d'autres. La manipulation, c'est cette voie qu'il avait choisi. Ses parents en découvrant son état, le questionnèrent ; alors il expliqua. Il expliqua que sa sœur sans aucune raison s'était amusé à lui faire du mal, alors que la demoiselle, les ciseaux ensanglanté dans la main, le regardait d'un air incompris. Les fausses larmes perlant sur le visage du garçon, l'aeschne eut prit la plus belle gifle de sa vie, sans plus de cérémonie elle fut consignée dans sa chambre. Comment voulez-vous que des parents résistent aux larmes de leur enfant ?

Huit ans.

La demoiselle, une fois de plus punie, copiait des lignes sur son cahier d'un air morne, les larmes aux yeux, elle ne savait pas ce qu'elle avait fait. Son imbécile de frangin retrouvé le poignet brisé fut emmené à l’hôpital alors que son sourire odieux et effrayant restait dans l'esprit de la rouquine qui tâchait sa feuille de gouttes de souffrance, le dos endoloris par les bleus et les griffures, la douleur se répandant dans tout le corps, mais elle ne disait rien à ses parents, puisqu'on lui disait que c'était de sa faute...Elle se taisait, simplement, la rage commençait à ronger son esprit, doucement. Plus personne ne la croyait, elle était dans l'ombre de son frère comme une dangereuse psychopathe, alors qu'en vérité, seul le garçon était en faute.

Neuf ans.

La belle s'approcha du piano que son père avait acheté pour l'aînée pour son Noël alors qu'elle en avait été privé parce qu'elle avait soit disant violenté le plus grand. Posant doucement ses doigts sur l'instrument, elle commença à doucement toucher les touches pour les enfoncer, l'une après l'autre, faisant retentir une agréable sonorité. Seul l'autre monstre était là, dans sa chambre, alors qu'elle se faisait plaisir à s'essayer au piano. Ecoutant avec un sourire la beauté des sons, cela faisait longtemps qu'elle n'avait rien entendu de tel. Et elle ferma les yeux, échappant un soupire content avant d'entendre des bruits de pas dans l'escalier, de lents pas presque inaudibles, discrets.

Roxelane se releva pour apercevoir son bourreau par la suite, qui s'approcha d'elle avant de lui parler d'un air effrayant, un grand sourire aux lèvres. Non cette fois il n'allait pas la frapper. Ouvrant la caisse, le damoiseau vint couper une à une les cordes, celle-ci cédant sous la force du canif qu'il tenait dans sa main. Le piano amoché, gravé ; les touches abîmées, cassées. Cette fois elle allait morflé la gamine. Ses parents rentrèrent et furent horrifiés de l'état de l'objet, alors que la demoiselle restait plantée là, le canif en main, un air toujours aussi incompréhensif et son frère assit sur les escaliers, qu'il descendit par la suite pour apercevoir le résultat, et feintant des larmes pour que les parents y croient davantage. Alors elle se prit une sévère correction...Encore.

Douze ans.

Cette fois, c'en était assez, la demoiselle craqua. Choppant le couteau que son frère tenait entre ses doigts, un cri de rage se fut entendre dans toute la maison, pleurant, elle vint entailler la gorge de l'aînée qui écarquilla les yeux, d'un air étonné, avant de tomber en gisant au sol, se débattant un peu et blanchissant vite, le sang s'échappant en masse, la belle le regardait, secouant un peu la tête, la dernière phrase qu'il entendit de sa vie fut simplement un 'Je te hais'... Ses parents arrivèrent encore une fois au mauvais moment. Choqués, la mère commença à pleurer, s'agenouillant près de son fils à l'agonie alors que le père tourna lentement le regard vers la demoiselle : « Tu a tué Akins...Roxelane, tu es un monstre...»

Treize ans.

Et voilà, voilà un an qu'elle est en centre correctionnel, un an de culpabilité, un an de souffrance...Alors que des personnes en blouse blanche viennent chercher la rouquine, ses compagnons de cellules, au nombre de quatre tentent de la défendre. Pourquoi ? Elle ne savait pas, mais ils finissent tous maîtriser, et au final elle doit suivre. On l'emmena dans une grande salle effrayante, quelques scientifiques en blouse blanche terminant l'élaboration d'un produit...On lui prit le bras, et la belle se débattait, criant, hurlant, on la piqua. La douleur saisissait son corps, elle se mit simplement à pleurer...Aujourd'hui, le vingt-six août mille neuf cent quatre-vingt-trois, la jeune fille fut transformée...Transformée en un renard.

Quatorze ans.

Nous la retrouvons un an plus tard, un peu plus grande, plus développée, n'en pouvant plus. Ses amis de cellules profitent du soleil à l'extérieur, et elle reste tout de seul. Ca suffit : La belle craque. Cherchant dans un tiroir, elle trouve une ceinture, elle détaille la salle du regard...Le silence règne dans le couloir, personne n'oserait déranger cet apaisant mutisme couvrant les cellules. Roxelane, ou Rox comme maintenant on l'appelait était tombé amoureuse, était couplée, couplée avec un corbeau. Corbeau du nom de Minato. Le petit groupes des rebelles inséparables : La belle pleure. Et soudain, la surdité ambiante est rompu. Un petit claquement contre le sol se fait entendre et un bruit de cuir tiré se fait ouïr...Personne ne bouge.

Dix minutes plus tard, le petit groupe de la cellule 410B revient, riant, ramené par un garde. Et on découvre. Les yeux rougies, le scintillement des larmes mortes sur les joues hâves d'une jeune rouquine. La gorge enserrée à une ceinture, son corps pâlit par l’absence de vie, les veines de sa gorge ressortant quelques peu, son corps balance dans le vide, sans vie. Et alors le sourire du groupe s'éteint, le rire meurt...Aujourd'hui, le seize mai mille neuf cent quatre-vingt-quatre, ont eut retrouvé Roxelane Sarr morte ; pendue dans sa cellule à l'aide d'une ceinture, pour seul détail marquant, sur son poignet resta gravé : « I'm always watching you »...

2013, Nogashita School.

On retrouva parmi les papiers de la machine à écrire, une vieille lettre qui dût être écrite il y a sûrement quelques temps, ainsi qu'une photo liée à l'aide d'un trombone au dessus...

Click to the photo


Plus en détails...
« Une vie est faite de détails, mais un détail peut changer une vie. »

Demoiselle Rox s'amuse à effrayer les élèves et les professeurs dans une salle en écrivant en leur présence à la machine à écrire 'I'm always watching you'

Roxelane veut dire 'La Ruthénienne', ou 'La russe', comme elle déteste ce prénom, elle se fait appeler Rox. (La vraie histoire, c'est que je suis fan de Disney, et je tire le prénom de Rox & Rouky, Rox étant le renard, c'est de là qu'est venu son prénom)

Elle ne prend que très rarement sa première forme, humaine donc, parce qu'elle à oublié comment faire, étant restée trop de temps en tant qu'animal.


Behind the screen

Surnom • Like you want.
Girl or guy ? • ⚥
Âge • 14 ans.
Niveau RPG • Moyen ?
Avis sur le forum • Ahah, mystère et boule de bowling.
Code •
Chiens ou chats ? • Renards !
Personnage sur l'avatar •
→ Forme humaine: Original - Kauto
→ Forme renarde: Vulpix - Pokémon

(c) Ségo Soyana

_________________
© Aka-chan

Speech - #C72C48
Words - #6B0D0D


Dernière édition par Rox le Dim 21 Avr - 18:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nogashitaschool-rpg.kanak.fr
Rox
Admin
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 07/04/2013

MessageSujet: Re: Roxelane Sarr...   Sam 20 Avr - 21:08


_________________
© Aka-chan

Speech - #C72C48
Words - #6B0D0D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nogashitaschool-rpg.kanak.fr
 

Roxelane Sarr...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (prêt) AD/ Ismaila Sarr 60 - 18 ans
» CIVILISATION ARABO-MUSULMANE/LEVANTINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nogashita School :: Administratif :: Présentations :: Présentations validées-